5 raisons pour que chaque tunisien ait son propre potager

Avoir son propre potager était autrefois une activité commune en Tunisie, cette pratique a peu à peu disparu avec la modernisation de l’agriculture et l’arrivée des supermarchés.

Ces dernières années les tunisiens commencent de plus en plus à s’intéresser à la culture de leur propre nourriture. Récemment, un mouvement mondial appelé “Les incroyables comestibles” a débarqué en Tunisie avec l’objectif de transformer des espaces publics en jardins potagers et c’est aux citoyens de cultiver des légumes et de se servir gratuitement.  

Bill Mollison, le fameux cofondateur de la Permaculture a dit “Le plus grand changement que nous devons faire est de passer de la consommation à la production, même si c’est sur une petite échelle, dans nos propres jardins. Si seulement 10% d’entre nous faisait cela, il y aurait assez à manger pour tout le monde…”

Pas besoin d’être un expert agricole ni d’avoir une ferme pour pouvoir cultiver sa nourriture.

Voici  5 bonnes raisons pour commencer son potager chez soi:

C’est bon pour la santé

Le jardinage est une activité qui demande un effort physique modéré, répété et régulier. La quantité d’énergie dépensée pour les différentes tâches  est similaire à celle de la pratique de la marche ou de la natation ce qui est un excellent moyen d’obtenir un effet positif sur la santé.
Des recherches récentes ont prouvé que la pratique de 30 à 45 minutes de jardinage plusieurs fois par semaine entraîne d’énormes bénéfices pour la santé comme la reduction des risques d’hypertension, de diabète, de maladies cardiovasculaires, améliorer l’état des os, des muscles et des articulations.
C’est aussi un moyen de détente et de relaxation. Vider sa tête du stress de son quotidien et passer du temps à l’extérieur en plein air ne peut être que bénéfique pour la santé mentale. Ça génère du bien-être  et du réconfort à travers le changement qu’on opère dans son jardin ou après avoir goûté ses propres fruits ou légumes.

Pour une alimentation plus saine

La majorité des fruits et des légumes disponibles sur le marché tunisien provient d’une agriculture conventionnelle intensive. Ce n’est plus un secret que les agriculteurs utilisent une multitude d’engrais et de fertilisants chimiques pour faire pousser leurs plantes et pour assurer une meilleure productivité. Sans oublier les pesticides qui sont indispensables pour l’entretien phytosanitaire de ce type de culture.
Nous devons savoir que 60% des herbicides, 90% des fongicides et 30% des pesticides sont cancérigènes sans compter tous les autres effets secondaires néfastes lorsque consommés par l’homme.
En cultivant son propre potager, on sait réellement comment ont poussé les légumes que l’on a dans son assiette.

Pour des légumes plus savoureux

Entre les légumes du marché et les légumes du jardin il y a une très grande différence de goût. Dans les grandes fermes de production intensive on priorise la quantité et la précocité  à la qualité. On pousse les cultures à coups d’engrais. Alors que dans le jardin on peut privilégier la qualité en laissant le légume grandir à son rythme sans chercher à l’influencer, aussi on cueille à maturité, contrairement aux légumes dans le commerce qui sont cueillis avant cette maturité pour ne pas s’abîmer avant la vente.

Pour recycler ses déchets

En Tunisie on a un sérieux problème de gestion des ordures. Malgré les efforts fournis par quelques citoyens et des membres de la société civile en organisant des journées de nettoyage et de sensibilisation, les poubelles sont toujours là. Le recyclage est certainement un moyen de lutte très efficace contre ce phénomène puisque ça réduit la quantité d’ordures ménagères qu’on jette chaque jour.

Près de 70% des déchets solides en Tunisie sont composés de matières organiques.

Certains de ces déchets (marc de café, feuilles de thé, épluchures de légumes, fruits pourris, coquilles d’œufs, fleurs fanées, journaux, papier essuie-tout …) peuvent être utilisés pour faire son propre compost. Issu du processus de décomposition de débris organiques, le compost est un fertilisant d’excellente qualité et un amendement de premier choix  pour le sol. Voilà un moyen écologique et économique pour faire pousser des légumes en bonne santé et en meilleur qualité.

Pour réduire son impact sur l’environnement 

Un petit potager dans le jardin peut aider la planète. Cultiver sa nourriture sans pesticides ni herbicides réduit la pollution de l’air et de l’eau, sauve et abrite les insectes bénéfiques pour l’environnement et consomme moins d’énergie fossile puisque le travail est fait à la main sans avoir recours aux machines.

 

Images du web