Les Animaux méconnus de la Tunisie

 

La biodiversité animale tunisienne a beaucoup souffert entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle, avec le développement de la chasse pendant la période coloniale. De nombreuses espèces ont ainsi disparu du pays à cette époque, comme le lion de l’atlas, le léopard ou le guépard pour ne citer que ces trois espèces. Cependant certaines autres espèces ont réussi tant bien que mal à survivre à l’état sauvage, malgré le rétrécissement continu de leur habitat naturel. En voici une liste non exhaustive.

 

  • La loutre commune (Lutra lutra) : La loutre commune est un petit mammifère carnivore semi-aquatique, principalement nocturne. En Tunisie, on la retrouve surtout dans les eaux permanentes du nord du pays, essentiellement dans le parc national de l’Ichkeul, mais aussi dans Oued Abid et Oued Medjerda. La loutre est menacée d’extinction en Tunisie. C’est une espèce très sensible à la pollution de l’eau, et les différents barrages contribuent à réduire son habitat. C’est une espèce protégée.

Sans titre

 

  • Le caracal (Caracal caracal) : Ce magnifique félin, aussi appelé lynx du désert est très rare en Tunisie. Il est observé dans les montagnes et forêts du centre ouest du pays, et au sud, où il a été observé à Jbel Orbata, dans le gouvernorat de Gafsa. Il se nourrit essentiellement d’oiseaux et de petits mammifères.

 

caracal

 

 

  • Le serval (Leptailurus serval) : Ce félin, proche du caracal, a disparu de la Tunisie au début du 20e siècle, mais quelques spécimens ont été réintroduits dans le parc national d’El Feija dans les années 90.

serval

 

  • La tortue luth (Dermochelys coriacea) : C’est la plus grande des tortues actuelles. Elle pèse 500 kg pour près de 2m de long. Cette tortue ne pond pas sur le sol tunisien, mais fréquente régulièrement les côtes du pays, où elle est très prisée par les pêcheurs malgré son statut d’espèce protégée.

tortue

 

 

  • La genette commune (Genetta genetta) : Ce petit mammifère carnivore vit dans les différentes forêts et montagnes du pays, préférant fuir la présence humaine.

genette commune

 

  • La hyène rayée (Hyaena hyaena) : C’est le plus grand prédateur du pays. Elle vit encore dans les montagnes de la dorsale tunisienne et en particulier au mont Chaambi, où sa population a beaucoup souffert des récents événements qui se sont déroulés dans la région. Ce charognard est aujourd’hui une espèce menacée.

hyène rayée

 

  • Le porc-épic (Hystrix cristata) : C’est le plus gros rongeur du pays. Cet herbivore nocturne vit principalement dans les forêts et les montagnes du nord et du centre. C’est une espèce rare en raison de la dégradation de son habitat et de la chasse dont elle fait l’objet. Contrairement à la croyance populaire, le porc-épic est incapable de lancer ses piquants. En revanche, ces derniers se détachent facilement au moindre contact physique, et pénètrent la chair de l’adversaire.

porc epic

 

  • Le cobra égyptien (Naja haje) : Ce serpent venimeux qui peut atteindre 2m de long est le plus long serpent tunisien à égalité avec la couleuvre de Montpellier (Malpolon monspessulanus) et la couleuvre fer-à-cheval (Hemorrhois hippocrepis). On le retrouve un peu partout dans le centre et le sud du pays. Sa morsure est mortelle pour l’homme.

 

cobra

 

 

 

 

Photo credits: free web license

 

logo png